Jour 23. Partie 3 : Guide de survie pour ceux qui souffrent – Rester sous ses ailes*


Lire : Psaumes 91


« Chaque matin, de nouvelles veuves hurlent, de nouveaux orphelins sanglotent, de nouvelles douleurs frappent la face du ciel qui en retentit. »

– William Shakespeare

Il est étrange de penser que le ciel est « frappé au visage » par la souffrance terrestre. Cette phrase est-elle le fruit du génie poétique de Shakespeare ou de sa connaissance de Dieu ? Dans les deux cas, elle est exacte. En termes actuels, cette « frappe » au visage du ciel pourrait être décrite comme un « coup de poing dans les tripes » de l’amour de notre Père céleste pour ses enfants.

Le monde est un endroit dangereux où des gens sont tués chaque jour par la maladie, les accidents, la guerre et les complots meurtriers des terroristes. La question est de savoir comment nous pouvons rester en sécurité dans un tel endroit.

Jésus veut que nous soyons en sécurité. Il s’est lamenté parce que Jérusalem a refusé sa protection. « Jérusalem, Jérusalem… Combien de fois j’ai voulu rassembler tes enfants, comme une poule rassemble ses poussins sous ses ailes, et vous ne l’avez pas voulu ! » (Matthieu 23.37).

Jésus utilise la métaphore d’une mère poule qui couvre ses poussins pour les protéger du mal. Le feu, la pluie, la grêle et le froid la frappent, tandis que les poussins sous ses ailes sont épargnés. C’est ce qui s’est passé sur la croix, quand Jésus est mort à notre place.

Mais cette protection s’étend-elle au-delà de la dimension spirituelle pour toucher également la dimension physique ? Après tout, nous vivons actuellement dans un monde physique et nous sommes connectés à des corps physiques. Alors que nous aspirons à être dans notre corps céleste, la transition vers ce corps – la mort – n’est généralement pas attendue avec excitation.

Le psaume 91 est un autre passage où l’on retrouve la notion « sous ses ailes ». Même si la protection spirituelle est incluse, ce passage décrit la protection divine en termes imagés et physiques – la protection contre les dangers tels que la peste, la terreur, les flèches, les fléaux. Bien qu’il soit facilement mal interprété – comme on le voit dans l’utilisation retorse de ce passage par Satan lorsqu’il a tenté Jésus (Matthieu 4) – ce psaume expose clairement la puissante protection de Dieu sur nos vies physiques. Quel que soit le danger, Dieu est notre forteresse (verset 2), ses promesses sont une armure autour de nous (verset 4), et il déploie des anges pour nous protéger (verset 11).

Dieu n’est pas spectateur de la souffrance du monde, il y participe. Notre Dieu, qui s’est fait chair et connaît bien le monde physique, nous fait cette promesse : « Je serai avec [toi] dans la détresse » (verset 15).

Conseil de survie : Placez-vous sous les ailes de Jésus et reposez-vous en lui dans une foi active (c’est-à-dire dans la confiance). Ne refusez pas de le faire comme ce fut le cas des habitants de Jérusalem.

* pensées inspirées par un sermon de Timothy Keller

Qu’en pensez-vous ?

  • Les agnostiques et les athées prétendent que les horribles souffrances de cette planète sont la preuve que, si Dieu existe, il ne peut être à la fois aimant et tout-puissant. Comment résoudre cette énigme à votre avis (c’est-à-dire comment un Dieu tout-puissant pourrait-il démontrer son amour par le moyen de la souffrance) ?

  • Pensez-vous que la description anthropomorphique de Shakespeare de la souffrance de l’humanité « frappant Dieu au visage » est exacte ? Expliquez.

  • Croyez-vous que Dieu ressent notre douleur ? Pourquoi ? Pouvez-vous trouver un verset ou un passage de la Bible qui le confirme ?


en partenariat avec Encompass World Partners

Vous aimez l'article ? Cliquez «J'aime» ou partagez l'article sur un réseau social. Vous nous aidez à le faire connaitre ;)

Auteur de l’article : Éditions Clé

Éditions Clé

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *