Jour 25. Partie 1 : Prière – Quand les cieux semblent d’airain.


Lire : Hébreux 5.7 ; Marc 14.35-36, 15.34


La prière est l’élément le plus important du Guide de survie pendant la souffrance. Mais qu’en est-il de ces moments où « les cieux semblent d’airain » et où la prière semble « rebondir sur le plafond »? Ces clichés décrivent avec précision une expérience commune de la prière. Dans ces moments-là, on se demande : « Qu’est-ce qui ne va pas chez moi… dans ma vie de prière… dans ma foi ? » Peut-être rien.

Jésus était un modèle en matière de prière. Si les disciples l’ont vu accomplir des miracles étonnants, c’est sa vie de prière qui les a le plus intrigués. « Seigneur, apprends-nous à prier », lui ont-ils demandé, et non « apprends-nous à faire des miracles ». Alors, Jésus, le modèle dans le domaine de la prière, a-t-il jamais connu ce phénomène des « cieux d’airain » ? Jugez par vous-même en vous basant sur la réponse du ciel à l’une des prières de Jésus.

La demande : Les Évangiles rapportent que Jésus a prié : « Abba, Père, tout t’est possible, éloigne de moi cette coupe. Toutefois, non pas ce que je veux, mais ce que tu veux » (Marc 14.36).

Le résultat : Dieu n’a pas exaucé la demande de Jésus que la coupe s’éloigne de Lui. Le jour suivant, Il est mort d’une mort horrible, devenant péché pour nous pour que nous puissions devenir en Lui justice de Dieu (2 Corinthiens 5.21). Mais le pire est arrivé. Dieu s’est détourné de Jésus, qui s’est écrié dans l’angoisse de l’esprit : « Mon Dieu, mon Dieu, pourquoi m’as-tu abandonné ? »

La coupe ne s’est pas éloignée de Jésus. Son Père s’est détourné de lui. Y a-t-il aucun autre jour de l’histoire où les cieux ont pu sembler davantage « d’airain » à Jésus que ce jour-là ?

Le problème : Était-ce que Jésus manquait de ferveur dans la prière ? Pas du tout. Il était si fervent que l’intensité de sa prière décomposait son corps, sa sueur coulant comme du sang.

Le témoignage du ciel : Ce qui se passe côté terre peut paraître bien différent vu du ciel. Alors que les Évangiles décrivent les témoignages de Gethsémané et de Golgotha, Hébreux 5.7 révèle le témoignage du ciel. Voici comment se déroule ce récit : « Pendant sa vie terrestre, Christ a présenté avec de grands cris et avec larmes des prières et des supplications à celui qui pouvait le sauver de la mort, et il a été exaucé à cause de sa piété. »

Selon le ciel, les cris de Jésus ont été entendus, ses larmes ont été vues, sa prière : « Non pas ma volonté, mais la tienne » a été exaucée. Bien que les cieux aient semblé être d’airain ce jour-là, il s’avère qu’ils étaient aussi doux que la brume du matin, comme ils le sont pour tous ceux qui prient dans une soumission respectueuse.

Qu’en pensez-vous ?

  • La Bible identifie la clé de la puissante vie de prière de Jésus comme étant sa soumission respectueuse, comme le prouve la phrase « Que ta volonté soit faite et non la mienne ».

  • Certains suggèrent aujourd’hui que, s’il était juste que Jésus prie « non pas ma volonté », prier de cette façon aujourd’hui indique un manque de foi de notre part; ils affirment que cette prière est simplement une « porte de sortie » pour nous (et notre foi en Dieu) si Dieu ne répond pas.

  • Le fait de prier « non pas ma volonté, mais la tienne» indique-t-il un manque de foi ou une soumission respectueuse ? Qu’en pensez-vous ?


en partenariat avec Encompass World Partners

Vous aimez l'article ? Cliquez «J'aime» ou partagez l'article sur un réseau social. Vous nous aidez à le faire connaitre ;)

Auteur de l’article : Éditions Clé

Éditions Clé

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *