Comment faire pour changer ? par Tim Chester


Un extrait du livre de Tim Chester : Vous pouvez changer.

Une partie du problème vient de ce que nous essayons souvent de changer de la mauvaise façon.

« Je t’en supplie, pardonne-moi et libère-moi. » Je ne sais pas combien de fois j’ai fait cette prière ; peut-être plusieurs centaines de fois. « C’est encore moi, Père, je viens encore confesser le même péché. » Chaque fois, je dois faire appel à la miséricorde divine et aux promesses de l’Évangile. Oui, pardonné, je le suis. Mais j’aimerais bien aussi pouvoir changer.

Vous considérez-vous comme un cas désespéré ? Vous voyez-vous comme une cause perdue ? Pensez-vous que pour vous les choses ne « marchent » pas comme avec tout le monde ; que le changement, c’est bien pour les autres, mais pas pour vous avec votre vécu, vos tentations, les problèmes qui vous rendent différent ?

La bonne nouvelle liée à Jésus, c’est qu’il est possible pour vous et moi de changer.

Une partie du problème vient de ce que nous essayons souvent de changer de la mauvaise façon.

S’efforcer de changer par ses propres efforts

Désespéré par mes pulsions, je décidai de faire un vœu et de le fixer par écrit. Voilà, c’était mis noir sur blanc. Jamais plus cela n’arriverait. Je notai la date en me voyant déjà regarder en arrière avec satisfaction au bout de quelques mois et me dire que mes luttes étaient désormais de l’histoire ancienne. Hélas, mon optimisme ne dura pas longtemps. Ma stratégie ne fit long feu. Elle était vouée à l’échec comme j’aurais dû le savoir si j’avais prêté tant soit peu attention à Colossiens 2.20-23 :

Si vous êtes morts avec Christ aux principes élémentaires qui régissent le monde, pourquoi, comme si vous viviez dans le monde, vous soumettez-vous à toutes ces règles :« Ne prends pas ! Ne goûte pas ! Ne touche pas ! » ? Elles ne concernent que des choses destinées à disparaître dès qu’on en fait usage. Il s’agit bien là de commandements et d’enseignements humains ! Ils ont, en vérité, une apparence de sagesse, car ils indiquent un culte volontaire, de l’humilité et le mépris du corps, mais ils sont sans aucune valeur et ne servent qu’à la satisfaction personnelle. 

Vous pensez peut-être que faire des vœux ou se plier à certaines disciplines spirituelles est le summum de la spiritualité.

En tout cas, c’est ce que moi je pensais à l’époque. Mais Paul dit que ces choses n’ont que l’« apparence de la sagesse ». En réalité elles n’ont « aucune valeur et ne contribuent qu’à la satisfaction de la chair » (version NBS). On ne peut pas dire mieux. Cela, malheureusement, j’ai dû l’apprendre à mes dépens. Le puritain John Flavel a dit : « Il est plus facile d’arrêter la course du soleil ou de faire remonter les fleuves à leur source que de gouverner notre cœur et de le garder par notre propre habileté et notre propre puissance. »

Il semblerait que lorsque nous voulons changer, la première chose à laquelle nous pensons, c’est : « Je dois faire quelque chose. » Nous croyons que le fait d’agir va entraîner un changement. On se procure une liste des choses à faire ou à éviter. À l’époque de Jésus, les gens s’imaginaient qu’ils pouvaient atteindre la pureté par les ablutions cérémonielles. Aujourd’hui, on a remplacé cela par des exercices spirituels ou par des lois. J’ai moi-même essayé ces méthodes. J’ai rédigé des rituels devant être observés au saut du lit. J’ai essayé de mettre mon comportement sur des rails au moyen de listes diverses. Beaucoup de ces choses ne sont pas mauvaises en soi, et nous verrons le rôle qu’elles peuvent jouer pour nous aider à grandir dans la sainteté.

Toutefois, sachons bien que tous les rituels et tous les exercices du monde sont incapables de produire en nous le moindre changement.

[Jésus] leur dit : « Vous aussi, vous êtes donc sans intelligence ? Ne comprenez-vous pas que rien de ce qui, de l’extérieur, entre dans l’homme ne peut le rendre impur ? ... C’est ce qui sort de l’homme qui le rend impur. En effet, c’est de l’intérieur, c’est du cœur des hommes que sortent les mauvaises pensées, les adultères, l’immoralité sexuelle, les meurtres, les vols, la soif de posséder, les méchancetés, la fraude, la débauche, le regard envieux, la calomnie, l’orgueil, la folie. Toutes ces choses mauvaises sortent du dedans et rendent l’homme impur. »
Marc 7.18-23

Jésus a dit qu’aucune activité extérieure n’est capable de produire en nous du changement, parce que le péché vient de l’intérieur ; il vient de notre cœur.

Nos règles de conduite peuvent améliorer notre comportement un instant à la rigueur, mais elles ne pourront pas changer notre cœur. Elles seront donc incapables de nous procurer la sainteté, la vraie, celle qui dure. Non, ce dont nous avons besoin, c’est d’un changement de cœur.


Vous pouvez changer - livre de Tim Chester

Vous pouvez changer
par Tim Chester

Ce livre veut donner de l’espoir : l’espoir que nous avons en Jésus, l’espoir du pardon et l’espoir d’un changement réel et durable. Dieu promet à son peuple une grâce qui libère et une puissance qui transforme. Chaque chapitre se termine par des questions pratiques pour mettre en place votre Projet de changement. À faire seul ou en groupe.

À découvrir en librairie ou sur notre site.

Vous aimez l'article ? Partagez-le sur un réseau social. Vous nous aidez ainsi à le faire connaitre ;)

Auteur de l’article : Éditions Clé

Éditions Clé

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.