Qu’est-ce qu’un ancien ? (par Robert H. Thune)


Nous reproduisons ici l’introduction du livre Un leader-serviteur de Robert H. Thune publié aux Éditions Clé.

Photo de Pavel Danilyuk

Qu’il soit formel ou informel, reconnu ou non, le leadership est une nécessité dans toute Église. En fait, il est une nécessité dans toute société. Quand les enfants jouent au football sur le terrain de jeu, quelqu’un choisit les équipes. Quand des bénévoles se réunissent pour nettoyer un parc, là aussi quelqu’un encadre l’initiative. Lorsque des amis se réunissent dans un club de lecture, quelqu’un choisit le livre et planifie la discussion. Chaque communauté humaine possède une certaine forme de leadership.

En ce moment, vous êtes vous-même en train de consulter une ressource sur la direction de l’Église ; je peux donc en déduire que vous portez un certain intérêt au sujet, ou au moins que l’un des anciens de votre Église discerne en vous un leader potentiel. Ce que j’ignore, par contre, ce sont vos convictions actuelles sur le sujet, ou vos expériences passées en la matière, ou même votre situation présente. Commençons donc par une observation de base sur laquelle nous devrions tous être d’accord :

Chaque Église a des dirigeants.

En partant de cette remarque générale, la véritable question qui s’impose est la suivante : quel genre de dirigeants l’Église devrait-elle avoir ? Dieu voulait-il que son Église soit dirigée par n’importe qui, ou bien a-t-il donné un schéma, un plan, un ensemble d’instructions à suivre dans ce domaine ?

Pour répondre à cette question, force est de constater que, dans la Bible, l’accent est mis à maintes reprises sur un groupe de dirigeants appelés anciens, évêques, responsables ou surveillants. Par exemple :

Après avoir évangélisé cette ville et fait un certain nombre de disciples, ils retournèrent à Lystre, à Iconium et à Antioche. Ils fortifiaient l’esprit des disciples, les encourageaient à persévérer dans la foi et disaient : « C’est à travers beaucoup de difficultés qu’il nous faut entrer dans le royaume de Dieu. » Ils désignèrent des anciens dans chaque Église et, après avoir prié et jeûné, ils les confièrent au Seigneur en qui ils avaient cru.

Actes 14.21-23

Que les anciens qui dirigent bien soient jugés dignes d’une double marque d’honneur, surtout ceux qui travaillent à la prédication et à l’enseignement.

1 Timothée 5.17

Je t’ai laissé en Crète, afin que tu mettes en ordre ce qui reste à régler, et que tu établisses des anciens dans chaque ville en suivant mes instructions.

Tite 1.5

Quelqu’un parmi vous est-il malade ? Qu’il appelle les anciens de l’Église et que les anciens prient pour lui en lui appliquant de l’huile au nom du Seigneur.

Jacques 5.14

Cette parole est certaine : si quelqu’un aspire à la charge de responsable, c’est une belle tâche qu’il désire. Il faut donc que le responsable soit irréprochable…

1 Timothée 3.1-2

Dieu veut que son Église soit dirigée par des leaders spirituels appelés anciens. Mais qu’est-ce qu’un ancien ?

Un ancien est un pasteur

La plupart d’entre nous n’appliquent le titre de « pasteur » qu’à ceux qui exercent ce ministère à plein temps. Mais dans la Bible, les termes ancien (presbuteros), pasteur (poimen) et évêque (episkopos) sont utilisés indifféremment pour désigner la même personne ou le même groupe de personnes. Deux textes du Nouveau Testament en particulier le montrent très clairement.

Cependant, de Milet, Paul envoya chercher à Éphèse les anciens [presbuterous] de l’Église. Lorsqu’ils furent arrivés auprès de lui, il leur dit : […] Prenez donc garde à vous-mêmes et à tout le troupeau au sein duquel le Saint-Esprit vous a établis évêques [episkopous], pour faire paître [poimainein] l’Église de Dieu qu’il s’est acquise par son propre sang.

Actes 20.17-18, 28 – Colombe

Voici les exhortations que j’adresse aux anciens [presbuterous] qui sont parmi vous, moi, ancien comme eux, témoin des souffrances de Christ, et participant de la gloire qui doit être manifestée : Paissez [poimanate] le troupeau de Dieu qui est sous votre garde [episkopountes], non par contrainte, mais volontairement, selon Dieu.

1 Pierre 5.1-2 – NEG

À la maison, je porte les titres de mari (pour mon épouse), de père (pour mes enfants) et de chef de famille (pour le fisc). Mais ces différents titres représentent chacun un aspect particulier d’une fonction ou d’un rôle unique : celui de responsable de la famille. Il en va de même dans la Bible. La fonction unique d’ancien de l’Église locale est désignée par trois mots différents : ancien, pasteur et responsable/évêque. Certains anciens peuvent servir à plein temps (ce sont ceux que nous appelons habituellement « pasteurs »), tandis que d’autres servent en tant que bénévoles. Pourtant, bibliquement parlant, un ancien est un pasteur et un pasteur est un ancien.

Un ancien est un guide inspirant

Les anciens des Églises du Nouveau Testament n’étaient pas de simples figures de proue ; ils étaient des leaders, des guides qui inspirent les autres, des modèles et des formateurs de disciples. L’Écriture voit les anciens comme des leaders compétents, engagés et matures qui enseignent (1 Timothée 3.2), reprennent (Tite 1.9), dirigent (1 Timothée 5.17), veillent sur la saine doctrine (Tite 1.9), s’engagent dans l’évangélisation (Tite 1.8), s’occupent des personnes difficiles (Tite 1.10-14) et forment d’autres leaders (2 Timothée 2.2).

Un ancien n’est pas simplement un chrétien fidèle et fiable qui assiste aux réunions et qui vote. Bien plus que cela, un ancien donne le ton au reste de l’Église. Les anciens sont des leaders possédant de la force, de la sagesse et de l’intégrité. Leur vie et leur caractère sont dignes d’être imités et reproduits par chaque chrétien.

Un ancien est un homme

Nous vivons aujourd’hui dans une culture très égalitaire, où toute différenciation des rôles entre les sexes éveille la suspicion. Pourtant, la Bible établit sans ambages l’existence de différences. Serait-ce parce que la Bible est un livre répressif et patriarcal qui devrait être actualisé et adapté à la sensibilité moderne ? Ou, cela vient-il du fait que Dieu a effectivement créé les hommes et les femmes avec des différences de façon à ce qu’ils remplissent des rôles distincts bien que complémentaires ?

La vision biblique de la relation entre les sexes est celle d’une riche interdépendance (1 Corinthiens 11.11-12). Dieu a conçu les hommes et les femmes pour qu’ils se complètent en tant que porteurs de l’image de Dieu (Genèse 1.26-31 ; 2.15-25), et son dessein implique un rôle différent pour chacun d’entre eux, dans le foyer comme dans l’Église (1 Timothée 2.11–3.5). Les hommes reçoivent la responsabilité de diriger le foyer et l’Église, ce qui signifie que la fonction de pasteur-ancien doit être occupée par un homme. L’idée n’est pas d’attribuer le pouvoir aux hommes et de brimer les femmes, mais plutôt d’accorder un espace de liberté aux deux sexes pour leur permettre de jouir de l’harmonie d’une profonde interdépendance qui glorifie Dieu. Le complémentarisme est le terme théologique décrivant ce point de vue. Les hommes et les femmes sont complémentaires dans le dessein et le rôle qu’ils ont reçus de Dieu, les hommes portant la responsabilité de la direction spirituelle dans le foyer et dans l’Église.

Ce livre a une approche résolument complémentariste. Si vous n’avez pas encore de conviction bien définie sur le sujet, je vous invite à aborder cette étude avec un esprit ouvert, et à réfléchir à cette question : si les hommes de votre Église ressemblaient à ceux décrits dans ce livre, auriez-vous une raison de ne pas avoir confiance dans leur leadership, de ne pas les respecter et de ne pas les soutenir ? Pour approfondir votre formation théologique sur cette question importante, consultez les ouvrages mentionnés en note[i].

Les anciens sont donc des hommes dirigeant l’Église en faisant office de pasteurs et de guide inspirant. Mais bien plus que cela, pour qu’une Église soit en bonne santé, ses anciens doivent être ancrés et enracinés dans l’Évangile. C’est là que se situe la lacune cruciale de nombreuses Églises aujourd’hui, et la faiblesse à laquelle ce livre espère remédier.

Quelle qualité de vie spirituelle les anciens devraient posséder ?

De nombreux ouvrages traitant de la direction de l’Église se concentrent sur la gestion de l’Église, ses structures et sa gouvernance, comme si les anciens n’avaient rien de mieux à faire que de tenir des réunions et de voter. Presque rien n’a été écrit sur la qualité de la vie spirituelle que tout ancien devrait posséder en tant qu’ancien. Bien sûr, beaucoup de bons livres existent sur la formation spirituelle et de nombreuses ressources utiles ont été conçues pour contribuer à la formation de base des disciples. Mais peu de ces ressources visent spécifiquement les dirigeants des Églises. N’est-il pas vrai que les dirigeants rencontrent des tentations, des défis et des luttes qui leur sont bien particuliers ? N’est-il pas vrai que, pour qu’une Église pénètre en profondeur l’esprit de l’Évangile, ses dirigeants doivent s’immerger en profondeur dans l’Évangile ? Tels sont la vision et l’objectif de Un leader-serviteur.

D’après mon expérience, il est possible d’être dans la foi depuis de très longues années et pourtant d’être resté tragiquement inexpérimenté dans sa connaissance de l’Évangile. Si l’Évangile est vraiment « la puissance de Dieu pour le salut » (Romains 1.16) et s’il « porte des fruits et progresse » en nous (Colossiens 1.6), alors les anciens doivent le vivre pleinement. Ils doivent discerner l’idolâtrie de leur propre cœur et savoir comment la Bonne Nouvelle de l’Évangile s’y applique. Ils doivent aussi maîtriser l’Évangile suffisamment « couramment » pour pouvoir l’adapter diligemment, efficacement et clairement à la vie des autres. Voilà le genre de leaders que ce livre a pour but de former.

Donc, si ce type de leadership vous intéresse, si vous aspirez à devenir vous-même un leader de cette trempe ou si vous cherchez à susciter et à faire émerger ce genre de leaders, ce livre est fait pour vous.

Comment utiliser cet outil

Cet ouvrage peut être utilisé de différentes façons. Il a été conçu pour s’adapter à différents cadres et contextes, mais il a été écrit à l’attention de trois auditoires précis :

  1. Les anciens actuellement en fonction et désireux d’approfondir leurs connaissances théologiques et leur maîtrise de l’Évangile.
  2. Les anciens en formation qui sont en période d’apprentissage et d’évaluation.
  3. Les chrétiens qui cherchent à mieux comprendre l’enseignement de la Bible sur la direction de l’Église locale.

D’après mon expérience, vous obtiendrez les meilleurs résultats en utilisant ce livre dans le contexte d’une étude en petit groupe. Dans l’idéal, un ancien en exercice ou un formateur spirituel devrait encadrer un groupe de futurs leaders dans cette étude. De cette façon, cet écrit servira de tremplin vers le travail encore plus important de mentorat personnel et de formation spirituelle. Voici une suggestion de plan hebdomadaire pour vous servir ainsi de cet outil :

  1. Demandez à chaque participant de lire la leçon et de faire les exercices de manière indépendante pendant la semaine.
  2. Réunissez-vous pendant 90-120 mn pour :
    1. Discuter des questions.
    2. Partager ce que vous avez appris.
    3. Cultiver des relations honnêtes qui vous aideront mutuellement à progresser.

L’objectif de ces moments de partage en groupe n’est pas d’informer, mais de former. Par conséquent, chaque participant doit venir en étant prêt à partager ouvertement et honnêtement. Il n’est pas forcément nécessaire de répondre à toutes les questions (bien que cela puisse parfois s’avérer utile), mais il est important de se concentrer sur les aspects de la leçon qui suscitent le plus de réflexion et qui façonnent le caractère du groupe.

Au cours de votre étude, gardez à l’esprit que cet outil vise la formation spirituelle. Ce n’est ni un manuel de théologie, ni une dissertation universitaire, ni un exposé biblique exhaustif. À la fin de ce guide, j’ai inclus une courte bibliographie pour ceux qui souhaitent aller plus loin en consultant des ouvrages théologiques sur l’anciennat et la direction de l’Église.

À quoi faut-il s’attendre ?

Attendez-vous à devoir relever des défis. Cet ouvrage n’est pas destiné à ressasser ce que vous savez déjà, mais à remodeler et à affiner votre compréhension de la direction de l’Église. En cours de route, vous aurez à relever des défis stimulants.

Attendez-vous à être surpris. Ce livre est destiné à vous pousser à la découverte de vous-même et à débusquer l’idolâtrie du cœur, le péché et l’égoïsme dont vous n’êtes peut-être pas conscient. C’est une chose positive, car cela pousse à une communion et un partenariat plus profonds avec le Saint-Esprit ! Mais cela peut aussi être surprenant, car la prise de conscience de soi a le don de nous prendre par surprise au moment où nous nous y attendons le moins.

Attendez-vous à approfondir vos relations. Si vous étudiez cet ouvrage avec un petit groupe de responsables, comme cela est recommandé plus haut, le Saint-Esprit vous aidera à tisser des liens étroits d’amitié et de fraternité. Soyez prêts à connaître et à être connus d’une manière qui transcende de loin votre expérience actuelle.

Attendez-vous à acquérir un amour plus profond pour Christ et son Église. C’est en ce sens que j’ai prié en rédigeant cet ouvrage. J’espère que ce livre augmentera vos connaissances théologiques et vous aidera à intégrer certains éléments pratiques de la fonction d’ancien. Mais plus important encore, j’espère qu’il suscitera en vous un élan d’adoration et de conviction dans les efforts que vous déploierez pour devenir le leader que Dieu veut que vous soyez.


[i] Le meilleur ouvrage sur le sujet est Recovering Biblical Manhood and Womanhood [Retrouver la masculinité et la féminité biblique], John Piper et Wayne Grudem, Wheaton (IL): Crossway Books/Council on Biblical Manhood and Womanhood, 2006. Voir également Wayne Grudem, Evangelical Feminism and Biblical Truth [Le féminisme évangélique et la vérité selon la Bible],Wheaton (IL): Crossway, 2012 ; Mary Cassian, The Feminist Mistake [L’erreur féministe],Wheaton (IL): Crossway, 2005 ; et Peter Kreeft, «Sexual Symbolism» [Le symbolisme sexuel], disponible sur <http://www.peterkreeft.com/topics-more/sexual-symbolism.htm>, consulté le 01/06/2022. N.D.E. : Parmi les ressources sur le sujet disponibles en français, nous vous recommandons : Féminin VS Masculin, John Piper et Wayne Grudem, Montélimar : CLC, 2021 ; Égaux mais différents, Alexander Strauch, Lyon : Éditions Clé, Trois-Rivières (Québec) : Publications Chrétiennes, 2006 ; et Le projet bienveillant de Dieu pour elle et lui, Claire Smith, Lyon : Éditions Clé, 2014.


Découvrez le livre Un leader-serviteur de Robert H. Thune aux Éditions Clé (sommaire, vidéo etc) sur notre site web ou chez votre libraire.

Vous aimez l'article ? Partagez-le sur un réseau social. Vous nous aidez ainsi à le faire connaitre ;)

Auteur de l’article : Éditions Clé

Éditions Clé

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.